Episode 33 : Maintenance aéronautique avec Jean-Rémy

Bonjour et bienvenue dans le 33ème épisode de ce podcast !

Cette semaine, nous allons discuter d’un sujet orienté vers la maintenance des avions avec Jean-Rémy. Jean-Rémy est un mécanicien avion ayant principalement travaillé sur des avions de ligne.

Nous parlerons avec lui de son parcours lui ayant permis d’arriver à ce métier avant d’aller en détail sur son métier. Nous proposerons un tour d’horizon des tâches et des particularités de cette fonction si fondamentale à notre industrie.

Actualités

L’actualité de la semaine est l’annonce de la fin de la ligne de production de l’A380 par Airbus pour l’année 2021. Cette annonce a fait suite à l’annulation de 39 exemplaires commandés par Emirates.

Le plus grand avion commercial jamais construit en série !

L’objectif initial d’Airbus était de proposer un avion qui permettrait aux compagnies aériennes d’augmenter le nombre de passagers transportés lorsque les grands aéroports mondiaux seraient saturés. Cet objectif était basé sur des projections établies avant la crise financière et ignorant la montée en puissance des aéroports secondaires dans les grandes métropoles.

Une livrée originale pour le premier exemplaire d’ANA
Une autre livrée beaucoup moins jolie pour Emirates 😛

Cela a conduit Airbus à concevoir le plus grand avion commercial jamais construit en série. Néanmoins, cela a posé de nombreux problèmes qui ont rendu difficile voire impossible la popularité de cet avion.

L’A380 Plus, loin de l’avion souhaité par Emirates

Le principal problème est le gabarit de cet avion nécessitant de nombreux aménagements aéroportuaires extrêmement coûteux. D’autres problèmes sont venus se rajouter tels que la consommation excessive de carburant, la faible charge utile limitant l’emport de cargo ou encore la préférence des passagers pour de fréquences augmentées.

Comparaison de taille de l’A380 par rapport aux autres géants de l’aviation civile

Bien que l’A380 ne sera probablement jamais un succès commercial, il ne reste pas moins le meilleur exemple de la coopération industrielle Européenne.

Rubrique thématique

Dans une première partie, Jean-Rémy nous racontera son parcours scolaire lui ayant permis d’accéder au métier de mécanicien avion. Suite à un BAC scientifique classique, il a fait le choix peu commun de se diriger vers une filière professionnelle.

Un 777 avec un moteur en moins !

Nous irons ensuite en détail sur les différents avions qu’il a eu entre ses mains. Cela inclue l’A320 et les Boeing 747, 777 et 787. Nous discuterons des différences de philosophie, de conception et de construction entre ces avions très différents.

Un moteur de 777, le General Electrics GE90

Nous évoquerons notamment les différences entre la maintenance des avions classiques en aluminium par rapport aux avions plus modernes en composites. Nous discuterons également des nombreuses possibilités offertes par l’informatisation croissante allant des tests intégrés aux liens de données permettant des mises à jour simplifiées.

Vue d’ensemble

Nous ferons le tour de divers sujets autour du quotidien de son métier en parlant du processus de qualification pour chaque type de machine, de ses horaires et l’organisation des équipes de mécaniciens lors du travail sur un avion.

Pour conclure, Jean-Rémy donnera quelques conseils pour les personnes qui seraient intéressées par ce métier passionnant.

Vidéo de la semaine

La vidéo de la semaine est une vidéo proposée par la chaine Youtube de Jean-Rémy. On peut y voir un essai moteur sur Boeing 777 après des actions de maintenance permettant de vérifier que tout est à nouveau fonctionnel.

Conclusion

Ainsi se conclut donc le 33ème épisode. J’espère qu’il vous a plu et je vous invite à vous abonner sur votre application de podcast favoris. Également, n’hésitez pas à laisser un avis 5 étoiles sur iTunes ce qui permettra à d’autres personnes de découvrir ce podcast.

Si vous avez des questions, des remarques ou des suggestions, n’hésitez pas à utiliser le formulaire de contact.

Si vous voulez recevoir des notifications lors de la sortie des nouveaux épisodes, vous pouvez vous inscrire à la newsletter dans la barre latérale droite de notre site. Vous pouvez également nous suivre sur Twitter sur @ParlonsAviation et sur Facebook sur notre page « Parlons Aviation. »

Crédits

Ce podcast est proposé sous licence Creative Commons BY-NC-ND 3.0.

3 thoughts to “Episode 33 : Maintenance aéronautique avec Jean-Rémy”

  1. Excellent podcast, très intéressant d’avoir accès à cette connaissance spécifique.

    Je me pose toujours après l’écoute une question : compte-tenu de la complexité de la machine, combien de vols d’affilés un 777 peu faire sans intervention hangar ? Est-ce 1 mois d’aller-retour incessants avec seulement 3 heures d’escales ? Ou plutôt de l’ordre de quelques jours ?

    Parce qu’un mois, ça me parait énorme en terme de niveau de fiabilité requis pour autant de systèmes et de pièces ?

    Merci, je commence l’écoute des autres podcast!

    Nicolas.

  2. Bonjour Nicolas,
    Les avions ne vont au hangar que lorsque de gros travaux le nécessitent.
    Une visite journalière est réalisée chaque jour (comme son nom m’indique), et permet de suivre l’avion de façon opérationnelle. Si un système critique à une défaillance, on le verra: soit parce que c’est à vérifier, soit c’est surveillé par les systèmes de l’avion et on aura un joli message de panne/de défaut affiché, et on devra faire quelque chose.
    En pratique, si aucune tâche lourde de maintenance n’est programmée, il peut se passer un mois facilement avant que l’avion ne revienne au hangar. Mais ça ne veut pas dire qu’aucune maintenance n’est faite ! 😉

    1. Du coup le niveau de fiabilité est impressionnant ! A moins que ce soit toujours les mêmes parties à maintenir comme les moteurs et que les interventions sur pistes permettent de régler la petite maintenance.
      Mais un B777 qui a un planning Paris Sao Paulo 12h de vol 2h de tarmac 12h de vol et ainsi de suite pendant un moins sans une pièce à changer parmi ces milliers de pièces sans me laisse songeur.
      Avec toutes les contraintes de décollage atterrissage température grêle vents pression extérieure vitesse de rotation puissance moteur…
      En tout cas merci pour les infos et je comprends qu’il faut éviter le 787 en attendant d’avoir des outils de contrôle de structure qui détectent les chocs 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.